07/02/2010

Nominé au TITRE de "l'homme de l'année", Willy Taminiaux (PS)

untitled

Willy Taminiaux.

Il a été député, sénateur, ministre, président du Parlement, bourgmestre ... Mais c’est avant tout pour sa croisade exemplaire en faveur de la personne handicapée et différente que notre quotidien propose la candidature de Willy Taminiaux

>Willy Taminiaux, quel est le combat le plus récent que vous ayez remporté dans ce domaine?

Le sauvetage de l’atelier protégé Eugène Deneyer, il y a quelques mois. J’ai été le seul à m’opposer à sa liquidation. De discussions en tractations, je suis parvenu à convaincre les administrateurs. Aujourd’hui, 108 personnes continuent d’y travailler. J’ai refusé qu’on supprime la menuiserie. Au contraire, j’ai poussé à de nouveaux investissements. Pour le bois et la mécanique. Le gros morceau, c’est la chaufferie. Mais le plus important, c’est le soutien au personnel d’encadrement: chefs de projet, de production, adjoint à la direction... Ces personnes représentent le futur de l’atelier.

>Et dans quelques jours, vous allez inaugurer la première triennale “ Regards dans l’art hors normes ” à Seneffe. C’est aussi l’un de vos bébés.

Oui et sans doute le plus beau, le plus abouti. Ici, les personnes handicapées sont considérées comme des artistes. Point final. Plus besoin de parler d’accueil, d’intégration: les créateurs ce sont eux. C’était mon souhait le plus profond d’en arriver là. Un chemin entamé en 1960. À l’époque, j’étais instituteur. J’avais bien remarqué les difficultés de certains de mes élèves. J’avais créé des classes “ spéciales ” annexées à l’enseignement ordinaire. Un système génial auquel un arrêté national a mis fin en 1972. À partir de là, mon travail de fond a commencé. Savez-vous que le terme de “ personne ” handicapée n’a été employé pour la 1ère fois qu’en 1981? Je me souviens de ces gamins handicapés que l’on cachait dans la cuisine ou dans une remise lorsque les parents avaient de la visite. On est passé d’un concept “ d’élimination ” de la personne, à la dissimulation. Puis, par une attitude de “ charité ” envers elle. Il y a eu des phases d’exploitation de la personne handicapée. Il a fallu créer des conventions. Enfin, on en est arrivé à une notion d’intégration. Et aujourd’hui, ce sont ces mêmes personnes qui sont les vedettes d’une grande exposition.

>Vous évoquez quatre grands principes qui ont guidé votre façon d’agir.

Un: il faut maintenir la personne autant que possible dans son milieu naturel. Deux: il ne faut pas créer d’unités spécialisées. C’est au service déjà existant à s’adapter aux personnes différentes. Cela oblige tout un chacun à s’ouvrir à l’autre et à réfléchir un peu. Et au final, on réalise de grosses économies budgétaires. Trois: il faut associer le plus possible la personne handicapée au processus de décision la concernant. Une personne atteinte de trisomie, par exemple, peut exprimer à sa manière ce qu’elle souhaite et ce qu’elle apprécie. Quatre: il faut cultiver la notion de transversalité. Il ne faut pas nommer un ministre pour les personnes handicapées. Les préposés au Logement, à l’Action Sociale, à l’Emploi ou aux Transports ont tous à se soucier aussi de cette catégorie plus fragilisée de leurs concitoyens.

>Nous vivons dans une société de l’image de plus en plus normative. Quelle y est aujourd’hui la place des personnes différentes?

Mon bilan reste positif. Je pense sincèrement que les choses vont beaucoup mieux aujourd’hui. La société est plus ouverte et plus tolérante. Le rapport d’égal à égal est presque devenu possible, même s’il reste beaucoup de combats à mener. Tout est dans le regard que l’on pose sur le monde. Et tout se reflète dans le regard des hommes. Tristes, hallucinés, déterminés, éclatants, angoissés... Les yeux sont le miroir de l’âme. Comme en témoignent les tableaux de nos artistes, à Seneffe.

15:59 Écrit par Sourds et Malentendants Socialistes dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour je m 'appelle julie taminiaux ce message est pour willy taminiaux le député, merci lui transmettre. merci de plus m'envoyer de message sur facebook on a pirater mon adresse facebook. mon ex mari me maltraitait il buvait de l'acool et se droguait , il me maltraitait seuellement, verbalement et moralement, il est aller deux fois en prison, j 'ai fais une éclampsie à accouchement et j 'avais 18 ,de tention parceque il me frappait avec des cables de télé . j 'ai eu un oeil auberboir avec certificat médicale de coup et blessure. mon ex mari est aller deux fois en prison au sénégal pour m 'avoir battue. ma jambes est remplis de bleu qui ne partirons jamais. je suis rentrée en belgique avec pierre depuis 3 semaines et on à placer pierre chez ma mère par le saj. on refuse de me laisse voir david mon premier fils que j 'ai plus vu depuis 2011 david et il pleure pour me voir . ma mère raconte à tout le monde que j 'ai déchue mes droits de david. on me laisse voir pierre mais pas david pourquoi???
C 'est moi qui était maltraiter et je continuerai à me battre . ma place n 'ets pa s à hopital mais auprès mes enfants. vous pouvez m'écrire à julie taminiaux rue bricgniot 205 5002 saint servais ma moite mail à été bloquer et je ne sai splus y aller. un proçes aurra lieu contre mon ex mari et je vais me battre pour récupérer mes deux enfants que j 'aime tant,aidez moi à m'en sortir avec un avocat. merci mon numéro 0474065117
vous comprendrez mieu sur google taper julie taminiaux et sur youtub à julie taminiaux.

Écrit par : taminiaux | 29/04/2014

Répondre à ce commentaire

Mon adresse facebook julie taminiaux à été pirater et n'envoyer plus de mail sur taminiauxjulie@gmail.com vous pouvez m'écrir à hôpital du parc rue bricgniot 205 chambre 104 5002 saint servais. je suis divorcée, j 'ai 30 ans et je suis belge j'habitais au sénégal. Mon ex mari ma utilser pour avoir sa nationalité Belge et il me maltraitait moralement, sexuellement et physiquement. Abdou karim gueye est en Belgique et il est libre comme le vent. je veux et j 'y arriverai de lui enlever sa nationalité Belge il me doit 150.000 de coup et blessure qu'il ma jamais payer.
mon ex mari se droguait et buvait de l'alcool matin matin soir, il me crachait au visage, me jetais des seaux eau, me frappait avec des gros cables noir, il m'avait frapper avec un bridel et mon oeil était aubernoir et certificat médical de coup et blessure de 15 jours. un procès aura lieu contre mon ex mari ma place n 'est pas à hôpital mais auprès de mes enfants et de retrouver une vie normal vaec mes enfants. je demande vraiment pardons à mes parents et vraiment l'erreur et humain et je vais me battre pour mes enfants et pour moi même

Écrit par : taminiaux | 29/04/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.